Panorama des techniques à la chaux

Les joints de terre crue sont fréquents.
Les joints de terre crue sont fréquents.

Pour savoir quelles techniques à la chaux sont adaptées à la mise en valeur de votre bâti “ancien”, il faut connaître le type de mur à entretenir et les techniques régionales de référence.

A part les pans de bois et les régions de briques crues ou cuites, le bâti ancien est composé majoritairement de murs en pierres.

(dans ce blog “bâti ancien” = construit sans ciment = souvent plus de 100 ans = murs respirants)

Note : Je re-publie cet article pour effacer un bug qui n’affichait pas correctement le résumé de l’article (désolé pour le dérangement).

Les murs en PIERRES DE TAILLE restent à nu, non enduites.Les murs les plus fréquents sont en pierres de TOUT-VENANT, non taillées. Ces murs ont des JOINTS larges irréguliers composés de terre et plus rarement de sable et de chaux.

Les JOINTS en terre sèche sont durs mais ils perdent toute résistance en présence d’humidité.

SI UN ENDUIT A LA CHAUX poreux laisse l’humidité sortir des murs. Les joints restent secs et résistants.

Un enduit qui conserve les joints en terre en bon état est adapté au bâti ancien.

201303031743.jpg

Il y a évidemment d’autres techniques, comme le Marmorino qui est le vrai stuc et de nombreuses techniques à la chaux pour les sols, dont je ne parle pas ici.

1 – LES MURS EN PIERRES APPARENTES

Les pierres de taille et les pierres équarries restent souvent apparentes, sans enduit.

On réalise alors des joints pleins, sans relief ni retrait par rapport aux pierres du mur..

Les murs en pierres équarries ont des joints d’environ 2cm de large à base de chaux et de sable.
Les murs en pierres équarries ont des joints d’environ 2cm de large à base de chaux et de sable.

On recherche une teinte proche de celle des pierres pour ne pas souligner le dessin des joints et retrouver un effet d’ensemble. On ne lisse pas les joints. On les coupe à la truelle ou on les brosse en cours de séchage.

En milieu rural on laisse parfois apparents les joints irréguliers des remises en pierres de tout-venant.

On veille alors à appliquer un mortier de joint comportant du sable gros que l’on fait ressortir par lavage à l’éponge..

Une patine à base de terre locale achève l’intégration de ces constructions dans leur environnement naturel.

.

.

.

.

.

.

.

.

2 – LES PIERRES A ENDUIRE

Les pierres NON taillées sont dites “de tout-venant”. Leurs joints larges et irréguliers sont autant d’entrées d’eau pour la pluie. On les protège par un enduit.

Avant d’enduire on gratte les joints friables.

Terres cuites hourdées au mortier de chaux et sable.
Terres cuites hourdées au mortier de chaux et sable.

L’ENDUIT 3 COUCHES … en 4 étapes :

3 – ON RESTAURE LE SUPPORT en regarnissant les joints au nu (au raz) des pierres du mur.

On ne lisse pas les joints. On les racle avec le tranchant de la truelle pour que l’enduit accroche mieux.

4 – LE GOBETIS se nomme aussi giclage ou salissure. On prépare un mortier liquide à base de sable gros et de chaux hydraulique. On ne doit pas former une couche continue mais seulement salir la surface des pierres pour faciliter l’accroche du corps d’enduit.

Sur le bâti ancien le gobetis n’est pas toujours nécessaire, en particulier si les pierres ont une porosité de surface importante. Il est conseillé sur les pierres froides et les briques.

5 – LE CORPS D’ENDUIT ou sous-enduit est la couche en contact avec les pierres du mur. Elle protège le mur en recouvrant les pierres d’une épaisseur de 10 mm minimum.

Techniquement c’est la couche la plus importante, celle qui protège les joints et les pierres de la pluie sans bloquer l’humidité.

Réalisé avec de la chaux et du sable gris cet enduit doit être respirant.

Dressé à la règle cette couche est talochée mais non lissée pour faciliter l’accroche de la finition.

4 – L’ENDUIT DE FINITION

Comme son nom l’indique cette couche peut-être la dernière. Elle se compose d’un sable de 2 à 3 mm choisi pour sa couleur qui donnera directement sa teinte à l’enduit. On évite ainsi la teinte en masse avec des pigments qui donne souvent des teintes trop fortes et peu nuancées.

Si l’on souhaite des teintes foncées on préférera toujours les teintes en surface appliquées sur l’enduit frais, patines, badigeons ou stucs.

.

6 – LES FINITIONS DES ENDUITS

7 – LA FINITION FOUETTÉE posée au balais s’observe encore sur le bâti rural. Elle était courante avant la fin du XIXeme siècle. Appliqués avec un balais de genêt, de buis ou de cyprès, cette technique permet d’appliquer une finition à base de sable terreux ou de limons, faute de bon sable à proximité.

On peut copier l’aspect de ces enduits en appliquant à la truelle un enduit de finition composé de bon sable que l’on taloche rapidement avant de le fouetter pour laisser l’empreinte du balais dans l’enduit frais.

Les enduits fouettés facilitent l’intégration de constructions anciennes (ou neuves) dans un environnement naturel. Une patine couleur terre achève habituellement le travail.

Finition fouettée, posée avec un balais de cyprès.
Finition fouettée, posée avec un balais de cyprès.
Enduit fouetté et patine à la terre naturelle “à fresco”. Ce décor associe 4 techniques à la chaux : taloché, badigeon, graissé et fouetté.
Enduit fouetté et patine à la terre naturelle “à fresco”. Ce décor associe 4 techniques à la chaux : taloché, badigeon, graissé et fouetté.

.

8 – LA FINITION TALOCHÉE est habituellement recommandée pour le bâti ancien.

Enduit taloché et nuances apportées par une patine posée “à fresco”.
Enduit taloché et nuances apportées par une patine posée “à fresco”.

– L’enduit sera GRENU s’il contient une part de sable gros (5 à 8 mm)

– La finition ÉPONGE fait resssortir les grains de sable, fins ou grenus.

La finition talochée peut ainsi se suffire à elle même ou recevoir à fresco de nombreux autres aspects de finition, détaillés ci-après.

Enduit taloché à l’éponge. Sable du commerce et sable de rivière. Patine à la terre locale.
Enduit taloché à l’éponge. Sable du commerce et sable de rivière. Patine à la terre locale.

.

LA FINITION GRAISSÉE est un enduit taloché sur lequel on applique à frais une chaux en pâte, teintée ou non. La chaux en pâte, nommée aussi chaux “grasse” donne son nom à cette finition. On pose la chaux en pâte avec un platoir inox. La chaux ne doit pas rester à la surface de l’enduit mais rentrer entre les grains de sable. L’aspect final est satiné, proche du stuc, mais plus facile à réaliser. Cette finition oubliée présente de nombreux avantages. Peu salissante elle renforce la surface de l’enduit.

Enduit graissé à fresco avec une chaux “grasse” en pâte.
Enduit graissé à fresco avec une chaux “grasse” en pâte.

.

9 – LES FINITIONS STUQUÉES

On connaît les stucs lisses et brillants qui décorent les intérieurs et plus rarement les façades, mais la famille des stucs recouvre de nombreux aspects.

– Les stucs à plat se composent généralement de chaux en pâte, de poudre de marbre, de talc et de quelques adjuvants.

.

stuc video

Stuc à base de chaux, marbre impalpable, talc et d’adjuvants sains (non dérivés du pétrole)

.

Enduit fin
Un enduit fin appliqué en sous couche facilitera l’application du stuc. Le coup de main est le même.
Un enduit fin appliqué en sous couche facilitera l’application du stuc. Le coup de main est le même.

 

– LES STUCS RELIEF délaissent la chaux pour le plâtre.

– LE STUC MARMORINO est une variante de stuc à base de chaux en pâte et de pierre concassée appliquée en faible épaisseur sur une forme en plâtre pour les stucs relief ou directement sur le support pour les stucs modelés en bas relief.

Le stuc ne se définit donc pas par son aspect brillant ni par la présence de chaux.

On nommera stuc tout mortier façonné, tiré au gabarit, estampé ou modelé sur le support, que son liant soit la chaux, le plâtre ou même le ciment sur les supports en ciment. Le livre de référence de cette technique est “L’arte dello stucco” de Mario Fogliata Ed Antilia (en Italien).

AUTRES FINITIONS d’enduits courantes mais moins adaptées :

– LA FINITION TYROLIENNE à base de chaux hydraulique, sans ciment, peut s’envisager pour restaurer des constructions qui portent déjà une tyrolienne.

– LA FINITION GRATTÉE se réalise en grattant un enduit taloché en cours de prise. Elle est à exclure sur les finitions à la chaux aérienne qu’elle affaiblit trop en détruisant la couche superficielle protectrice carbonatée.  L’affaiblissement est moindre pour un liant partiellement hydraulique comme la chaux hydraulique NHL 3,5.

Les finitions grattées adoucissent l’aspect des enduits prêts à l’emploi.

Les finitions grattées existantes peuvent recevoir un badigeon en couche d’entretien ou décorative.

– LES FINITIONS ECRASÉES et les enduits dits “rustiques” brûts de projection sont des finitions bâclées inventées pour les lotissements, pour aller plus vite et masquer le manque de savoir-faire. Elles dévalorisent le bâti ancien.

.

10 – LES PEINTURES MINERALES

Vous connaissez le badigeon de chaux, mais il y a une autre peinture minérale  au silicate de potassium.

LES PEINTURES A LA CHAUX

Un enduit à la chaux poreux, ancien ou récent, peut recevoir en protection préventive ou en entretien une couche de peinture à la chaux.

La plus connue des peintures à la chaux, le badigeon, protège efficacement pendant 20 ans un enduit, s’usant à sa place sous l’effet de la pluie.

Dans la famille des peintures à la chaux on distingue du plus épais au plus léger :

– LE CHAULAGE est composé de chaux et d’eau à volume égal. Il s’applique en protection directement sur le sous enduit ou sur la finition.

– LA COLATURE, stuc liquide plus couvrant que le badigeon, reprend la formule du stuc en y ajoutant de l’eau pour pouvoir l’appliquer à la brosse.

– LE BADIGEON se prépare avec 2 volumes d’eau pour 1 de chaux plus quelques adjuvants et des pigments. Il s’applique sur la finition en 2 couches à la brosse.

– L’EAU FORTE composée de 5 volumes d’eau pour 1 de chaux, moins couvrante que le badigeon.

– LES PATINES préparées avec 1 volume de chaux pour 10 à 20 volumes d’eau avec des pigments mais sans adjuvants, elles s’appliquent sur un enduit de finition frais ou sur la pierre pour unifier son aspect.

Leur fonction est esthétique sans effet de protection.

.

LES PEINTURES SILICATES

Les peintures au silicate de potassium ont été inventées en Allemagne par KEIM pour imiter les badigeons de chaux qui tiennent mal sous le climat nordique. Cette marque existe encore.

Les peintures silicate accrochent chimiquement sur tous les supports minéraux, du béton à la pierre de taille. Un article détaillera les situations adaptées à l’utilisation de peintures minérales au silicate.

(Article sur les peintures silicate)

.

Et n’oubliez pas de me dire dans les commentaires

quelles infos vous auriez aimé trouver en plus dans cet article.

Ca m’aidera à le compléter. 

MERCI

6 Replies to “Panorama des techniques à la chaux”

  1. cette semaine je dois décider d’une technique de sculpture extérieure pour des tubes de peinture géants. http://pierremarcel.artisteo.com/informations/3194-918 Armature métallique (10 x diametre 2 mètres environ) grillages, bâche laines de verre que je voudrais tremper dans de la chaux hydraulique et tapisser ainsi ces sculptures. Ensuite, j’ai une peinture acrylique avec pigments aluminium. J’avais testé la chaux hydraulique italienne VIERO, Malte à base calce. ça a l’air bien, resistant à la pluie. Quels produits vous conseillez, vous m’en fournissez pour faire un tube ces prochains jours, et j’en fais la pub auprés de la région Normandie, et les communes concernées. Aucuns financements possibles pour l’instant, donc je propose cet échange communication publlic qui sera même en télévision, en progression pour toute l’année 2016 (Festival international de l’impressionnisme, dont mes tubes bénévoles en sont les symboles) J’espère avoir des commandes payées en 2016 si cet essai de février-mars 2015 avec votre produit offert marchera bien. Merci, Pierre Marcel  quelques pages montrant des essais de tubes : http://www.Artisteo.com/Pierre-marcel-4357/?oeuvre=24155

    installation 2013 à Authevernes : http://www.Artisteo.com/Pierre-marcel-4357/Fete-de-la-peinture-de-l-Eure-installation-Authevernes-A848
    album photos récent : https://flic.kr/s/aHsk2tam6c

    ll y a bien sur plein d’autres pages internet à ce sujet.

    1. Bonjour
      Pour la chaux, en extérieur elle marche sur un support vertical (un mur) mais si elle est exposée autrement elle va stocker de l’eau et en cas de gel ça ne tiendra pas longtemps. La solution c’est du ciment prompt (agréable à travailler, peut se moulure ou se modeler pendant un temps assez court environ 30mn si on le ralentit avec de l’acide citrique, peut-être un peu plus). A appliquer ou projeter sur un support de type stucanet. Il y a des machines à projeter de petite taille. Une structure inox ou galvanisée (ou bambous ou roseaux ?). Je ne suis pas fournisseur de produit je ne peux donc rien vous proposer. Vous pouvez peut-être contacter la société Vicat qui fabrique le ciment prompt.

  2. Bonsoir,
    L’enduit quel que soit la technique “semble” axé sur deux principes, de l’intérieur vers l’extérieur : granulométrie décroissante, dose liant décroissant (d’application dans le pdf Pat. Fac. pp 1 & 3
    rapport sable/Nhl : gob. 2 corps 2,5 finition 3, hors stucs, graissage, peinture diverses.
    Pourquoi un document STAP 69 chapeauté ministère de la culture semble-t-il dire l’inverse ? (page 4) : http://www.culturecommunication.gouv.fr/content/download/49000/384247/version/1/file/fiche-stap69-les+enduits+a+la+chaux-patrimoine.pdf
    Cordialement.

    1. Bonjour,
      Je reviens sur ma question qui n’ayant pas trouvé d’écho était sans doute mal formulée.
      Elle se demandait pourquoi le STAP69 écrivait en toutes lettres que de l’intérieur vers l’extérieur la consistance des couches devaient être de plus en plus “grasse”.
      Je partais du principe que ni le STAP69 ni vous ne pouviez vous tromper, je le garde.
      Et pour l’aménager, parcequ’en réalité sur certaines phases c’est l’inverse, je suppose que c’est juste une formulation de langage.
      Le gobetis est bcp plus dosé en liant que le corps et celui-ci plus que la finition. Mais la granulométrie des sables allant décroissante et la quantité de fines augmentant on pourrait dire que oui on va du plus maigre vers le plus gras. Ce que d’ailleurs une finition stucée ou graissée ne contredirait pas.
      Ai-je bon là ? Ou il faut que je m’achète un nouveau cerveau ? (Ca je sais pas si je vais trouver…)
      Cordialement.

  3. Bonjour,
    Merci pour le partage de toute cette expérience, c’est très généreux de votre part!
    J’ai une question pour laquelle je n’ai pas trouvé de réponse en parcourant vos articles :
    dans le cas d’un mur ancien en moellons comprenant certaines parties en maçonnerie de parpaings de ciment (modification des percements) est il possible de réaliser un enduit traditionnel à la chaux en trois couches (gobetis, corps d’enduit et couche de finition) sur toute la surface ? N’y a t’il pas risque de fissuration à la rencontre entre les différents types de maçonnerie ? Y a t’il des précautions particulière à prendre ? (type treillis fibré)
    Merci d’avance pour votre réponse

    1. Bonjour
      Dans les zones de transition un grillage galvanisé ou une trame PVC est toujours bénéfique. Onpeut aussi fibrer le corps d’enduit, en plus. Oui vous pouvez finir avec le même enduit chaux. Sur le site de Socli ou Saint Astier vous trouverez des infos pour cette situation (murs mixtes, anciens et parpaings béton).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *