Maîtriser une opération façades subventionnée

Enduit à la chaux et patine à fresco. Toutes les photos sont de Philippe Golcberg, artisan spécialisé passionné et qui a pris le temps de se former.

Vous êtes architecte ou élu et vous souhaitez lancer une opération de mise en valeur des façades subventionnée sur votre centre ancien, grand ou petit.

Il y a 30 ans la mise en valeur des façades était une opération “d’accompagnement” des OPAH.

Aujourd’hui les communes ou communautés de communes lancent parfois l’opération de mise en valeur des façades en même temps que l’opération de réhabilitation des logements mais de plus en plus souvent “l’opération Façade” continue seule ou commence également seule.

Pour lancer une opération façade subventionnée on doit …

  • Choisir un périmètre
  • Rédiger un règlement
  • Mettre en place un conseil gratuit aux propriétaires
  • Informer le public
  • Informer les artisans
Sgraffito Art Nouveau
Sgraffito Art Nouveau

On oublie souvent de définir la palette des couleurs recommandées au début de l’opération et on oublie aussi de faire le point des matériaux locaux et des techniques de référence par époque.

On oublie toujours de faire le point du savoir-faire des artisans par rapport aux techniques que l’on souhaite favoriser pour leur qualités techniques et esthétiques.

On se condamne ainsi à subir les savoir-faire standards contre lesquels on va s’épuiser à luter pour avoir des façades mieux traitées et plus belles qu’à l’habitude.

Je vais résumer ici les condition d'une opération qui marche
et les pièges qui freinent une vraie mise en valeur des façades.

Dans l’idéal, une étude préalable doit permettre de faire un état des lieux qui liste …

  • Les pratiques inadaptées les plus fréquentes
  • Les techniques maîtrisées aujourd’hui
  • Les techniques de référence non maîtrisées
  • Les couleurs adaptées aux murs / aux encadrements / aux menuiseries et ferronneries (Cet article résume le rapport entre l’Architecture, les Techniques et les Couleurs que l’étude doit restituer)
Enduit médiéval, patines et bandeau vertical
Enduit médiéval et patines.

L’étude montre la qualité architecturale du centre historique, les altérations subies, les techniques à retrouver et les couleurs et matériaux recommandés.

On en tire des arguments pour les élus et l’architecte en charge de l’opération, avant de sensibiliser les habitants et les artisans.

A cette étape il est primordial de faire le point des besoins en formation et de proposer ces contenus de formation aux artisans dés le début de l’opération.

Lancer une opération façade AVEC des formations permet de signifier clairement que les subventions ne seront pas données pour faire le travail standard habituel, souvent inadapté et incomplet.

Le tutorat : Les formations ne suffisent pas pour que les techniques entrevues soient maîtrisées. La seule solution pour assimiler une technique c’est de l’appliquer sur un chantier le plus tôt possible. Il faudrait donc avoir le chantier à traiter AVANT de se former, ce qui est rarement le cas. L’autre solution est de prévoir, en complément à la formation, de traiter la première façade qui se présentera avec le formateur comme tuteur.

Le tuteur, payé par l’entreprise qui en bénéficie, guide les ouvriers qui assimilent ensemble les gestes et les notions expliquées en formation.

L’autre possibilité est de faire après la formation, des groupes de 3 artisans. Ensuite chaque artisan reçoit à son tour sur son chantier pendant une journée, les 2 autres artisans à l’occasion d’une finition ou d’une technique non maîtrisée, par exemple … Un enduit graissé / Une patine / Des reprises de pierre. Le tuteur est payé par l’entreprise qui reçoit.

Le règlement détaille les techniques subventionnées et le montant des aides. Il doit clairement favoriser les techniques que l’on souhaite mettre en avant, habituellement les enduits à la chaux formulés sur chantier / les badigeons de chaux / les peintures silicates / la restauration maîtrisée de la pierre de taille / les patines … Le règlement doit aussi demander au propriétaire de ne pas solder la facture avant la réception du chantier, mais de retenir le montant de la subvention.

Si on ne peut pas interdire les techniques standard comme les enduits industriels et les peintures organiques, on peut au moins les aider peu ou pas du tout.

Quand l’écart de subvention compense l’écart de prix entre les techniques  de qualité et les techniques standard, on a les bonnes techniques. Des aides égales ou pas assez majorées favorisent le moins cher, donc le pire.

Dessin Art Nouveau réalisé à fresco
Dessin Art Nouveau réalisé à fresco. Les façades subventionnées doivent se distinguer des façades réalisées sans subvention. Elle démontrent qu’il existe d’autres techniques que l’enduit industriel et la peinture organique !

Ne pas proposer de formation sur les techniques dont nous avons besoin nous condamne à subir la loi du marché. En clair ce sont les artisans les moins chers qui tirent l’opération vers le bas. Les meilleurs artisans vont travailler ailleurs ou se contentent des quelques propriétaires qui choisissent la qualité quand les autres ne regardent que le prix.

La concurrence ne tire jamais l’opération vers le haut. Des subventions bien calibrées sont le seul antidote à la dérive du moins disant.

Deux ans après le lancement de l’opération et des formations on peut exclure les artisans qui n’ont pas fait l’effort de se former. Ceux qui savent déjà bien faire n’auront pas de mal à donner une liste d’adresses qui témoignent des techniques qu’ils maîtrisent.

Ces quelques évidences n'en sont malheureusement pas si on en juge par
toutes les opérations qui pâtissent du manque de savoir-faire des artisans.

Il est normal que les artisans qui travaillent majoritairement sur la construction neuve ne soient pas formés pour le bâti ancien mais dans ce cas il est tout aussi normal de les écarter des chantiers patrimoniaux qui demandent une compétence qu’ils n’ont pas.

Réciproquement c’est en créant la demande par des subvention adaptées qu’on va inciter les artisans sérieux à se former pour répondre à la qualité recherchée.

Frise aux patines sophistiquées
Frise aux patines sophistiquées, proposée par l’artisan et choisie par les propriétaires qui voulaient se faire plaisir tous les jours, en passant devant une façade originale dans ses couleurs, ses nuances et ses techniques.

Une opération n’a pas besoin de beaucoup d’artisans pour réaliser les X façades annuelles de l’opération. Elle a besoin de quelques entreprises spécialisées et motivées qui se sont formées et continuent à apprendre pour toujours mieux faire.

En résumé il faut savoir exprimer la qualité qu’on veut en échange de l’argent public investi. Dire clairement pourquoi on veut ces techniques et comment les maîtriser.

Proposer des formations aux techniques requises avec les entreprises déjà sensibilisées et volontaires pour progresser. Les autres ont d’autres marchés dans leur compétence.

Si l’opération part sur de bonnes bases, tout le monde y gagne :

  • Les élus, par la qualité des réalisations et la mise en valeur du centre ancien.
  • Les propriétaires, par la valorisation de leur maison.
  • Les artisans, par le savoir-faire acquis qui leur donne accès à des chantiers qualitatifs plus valorisants.

Je résume ici presque 30 ans de suivi d’opérations façades. On n’imagine pas l’énergie perdue à lutter contre le courant du savoir-faire ordinaire quand le rapport exigences / subvention est mal calibré au départ.

Que votre expérience confirme ou nuance mes constats, n’hésitez pas à témoigner des moyens que vous avez trouvé pour faire progresser la qualité des travaux dans vos opérations. J’ajouterai vos conseils à cet article, pour le bénéfice de tous .

Merci

 

 

 

 

 

TAGS et ANTI TAGS

TAG

.

.Que faire si vous avez un tag, sur votre façade en pierre de taille ou votre enduit à la chaux ?

Je vous résume ici la conclusion d’une série d’essais que je viens de terminer pour trouver un procédé ANTI-TAGS efficace sur les supports fragiles du patrimoine, la pierre de taille et les enduits à la chaux.

Le 1er constat c’est qu’à moyen terme les produits de protection anti-Tags ne marchent pas, pour une raison évidente …

  • Si le produit est étanche il bloque les migrations, enferme la pierre ou l’enduit. Il est donc incompatible avec les supports patrimoniaux fragiles.
  • Si le produit est perméant, perspirant (on dit plus souvent “respirants”) , il ne marche (en laboratoire) qu’à condition d’être renouvelé tous les X détaguages.

En résumé on doit gérer les détaguages dans le temps et un jour ou l’autre on ne gère plus. On renouvelle pas, ou bien le produit se périme et on ne le rachète pas. De toute façon un produit perspirant renouvelé X fois devient un produit NON perspirant.

  • On a retardé le problème mais on se retrouve dans une impasse puisque le produit appliqué, soit ne protège plus, soit enferme le support.
  • On a remplacé 1 problème par 3 problèmes : Comment enlever le produit / comment retrouver le support sain et non altéré / comment protéger la façade  ?
La solution que je vais vous proposer a un gros inconvénient. 
Elle ne plaît pas du tout aux fabricants de produits, même sérieux, 
car elle est efficace dans le temps et ne coûte pas cher.

Avant de voir le mode opératoire je vous donne déjà le nom de la solution …

“Le badigeon sacrificiel” est un anti-tag que vous pourrez gérer durablement.

Pourquoi et comment, c’est ce que nous allons voir mais avant regardons ce qui se passe quand un support patrimonial est tagué.

Le principe est simple : La peinture des bombes pénètre en profondeur dans les supports poreux du patrimoine. Pour enlever cette peinture on doit appliquer un solvant (un décapant) souvent agressif pour les supports calcaires. Le karcher, efficace sur du ciment, du béton ou des pierres dures est abrasif sur les pierres plus tendres, même à pression moyenne.

Laisser un support fragile exposé aux tags conduit plus ou moins vite à une dégradation du mur à cause des procédés de détaguage, chimiques ou abrasifs.

Si vous appliquez un badigeon de chaux sur votre enduit ou sur votre pierre, cette pellicule va absorber la peinture et vous pourrez enlever le badigeon sans agresser son support. Le tag part avec le badigeon et vous n’avez plus qu’à remettre une couche de badigeon préventif en attendant le prochain tag !

C’est le principe du “badigeon sacrificiel préventif” un nom barbare pour une solution simple. On sacrifie le badigeon pour ne pas sacrifier son support.

Les amoureux du patrimoine (dont je fais partie) ont un peu de mal à accepter un badigeon qui recouvre la pierre. On demande souvent aux artisans d’appliquer une eau forte c’est à dire un badigeon léger, dilué, qui ne cachent pas la pierre, qui laissent voir sa texture. C’est l’idéal dans les centres historiques épargnés par les tags.

Dans les centres des grandes villes certains quartiers, tagués et détagués toutes les semaines, subissent une altération grave des supports patrimoniaux.

Les services de détaguage ou de nettoyage interviennent avec des moyens rapides souvent agressifs (décapants parfois acides, karcher haute pression, gommage trop proche du sablage etc …) et une équation simple se met en place :  Tag + Détaguage = Altération du support.

On a vu POURQUOI appliquer un badigeon couvrant.

Voyons maintenant  COMMENT appliquer et gérer un badigeon sacrificiel.

Je ne vous détaille pas les nombreux essais qui me conduisent à vous proposer la meilleure solution pour enlever un badigeon tagué sans agresser son support.

Un brossage à sec SANS décapant est long et conduit à dégrader l’enduit à la chaux. Sur la photo, les grains de sable apparaissent dés le 1er détaguage.

.

J’ai testé des décapages … Thermique / Chimique + karcher basse pression / Abrasion à sec sans décapant / Test de diverses brosses plus ou moins agressives.

Aucune de ces solution ne permet d’enlever rapidement un badigeon tagué  sans altération du support.

Ces essais ont montré également …

  • Qu’un badigeon sans adjuvant (ni résines ni caséine) résiste au karcher basse pression quand le support est poreux.

 

  • Qu’un détaguage peut parfois enlever tout … sauf le tag, car la peinture fixe le badigeon. Un décapant s’impose donc pour affaiblir la peinture.

.La solution efficace en 4 étapes :

  • Appliquer un décapant chimique sur la peinture du tag  (à choisir non agressif pour la pierre et bio-dégradable)
  • Brosser à sec avec une brosse en laiton mi dure (testez des brosses pour trouver la bonne solution)
  • Laver à l’eau sans pression en brossant avec une brosse souple non agressive pour enlever les restes de décapant (verser l’eau avec une bouteille OU un jet d’eau OU un karcher SANS pression)
  • Appliquer avec une brosse un badigeon épais sur le support saturé d’eau. (il faut remuer le badigeon qu’on avait gardé avant de l’appliquer)

Brosser à sec AVANT de laver a l’avantage de garder le décapant actif dans la peinture. Le karcher enlève le décapant, diminue son effet et impose d’en repasser.

Quelques précisions :

Pour le badigeon je conseille la variante “Colature” qui est un badigeon avec une charge de marbre en poudre pour avoir une couche plus absorbante, mais un laits de chaux sans marbre convient également.

Dosage proposé :

En volumes : 1 volume d’eau + 1 volume de marbre + 1 volume de chaux aérienne.

Variante sans marbre : 1,5 à 2 volumes de chaux aérienne + 1 volume d’eau.

En poids : 5 litres d’eau (5 Kg) 5 Kg de marbre 2,5 Kg de chaux aérienne (elle est 2 fois moins lourde que le marbre)

Variante sans marbre : 10 litre d’eau + 15 à 20 litres de chaux aérienne en poudre.

La couleur

Quand vous formulez le 1er badigeon vous avez 2 solutions :

  • Sur une façade enduite vous pouvez badigeonner toute la façade. C’est l’occasion de changer de couleur et de protéger l’enduit à la chaux puisqu’un badigeon qui s’use protège l’enduit pendant 20 ans.

 

  • Sur une façade en pierre de taille vous pouvez vous contenter de badigeonner le Rez de Chaussée, les étages étant rarement exposés aux tags.

La difficulté sera de trouver une couleur de badigeon proche de la couleur de la pierre de taille. Les couleurs des pierres sont souvent à base de terre de sienne naturelle et de terre d’ombre.

Les badigeons industriels pré-teintés sont une solution plus simple mais ils présentent le risque d’être parfois trop adjuvantés en résine donc plus difficiles à détaguer (à tester).

Vérifiez surtout qu’il soit possible de conserver le badigeon industriel sans limite de temps, sans durcissement, sous l’eau. Et si les adjuvants perdent leur efficacité tant mieux !

Pourquoi la chaux en poudre ? 

La chaux en pâte est meilleure mais nous souhaitons un badigeon facile à enlever donc une chaux plus chère et plus accrochée n’apporte pas d’avantages.

Pourquoi une chaux aérienne ?

Pour pouvoir conserver le mélange dans un seau fermé qui va garder son eau et conserver la chaux aérienne à l’abri de l’air. Vérifiez que le sac porte la norme CL 90 pour être certain d’acheter une chaux aérienne.

Une chaux hydraulique permet de faire un badigeon mais vous devrez le jeter (il va durcir dans l’eau du seau) et vous devrez en refaire à chaque Tag.

L’intérêt du badigeon sacrificiel c’est de NE PAS être obligé d’en refabriquer. On le garde sous la main dans un seau fermé et pour s’en resservir il suffit de remélanger.

Et pour finir, en vidéo

le détaguage d’un badigeon à sec

Si vous appliquez cette méthode, merci de me faire part de vos observations

pour ajouter à cet article vos remarques, issues de situations multiples.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Palettes de couleurs et nuances

Vienne GaudiDans cet article je vais rassembler des exemples de “Palettes de couleurs” que je croise dans tous les domaines, pour faire avancer la réflexion sur les palettes de couleur adaptées à l’architecture, au bâti “ancien” (disons patrimonial), comme aux constructions écologiques ou contemporaines.

Ces exemples illustreront le rapport des couleurs entre elles, comment elles se mettent en valeur, en scène. L’importance des tons neutres et des gris colorés, et comment sont maîtrisés les effets, souvent avec une économie de moyen.

J’espère aussi trouver des exemples qui illustreront la “qualité” des couleurs, “ce je ne sais quoi et ce presque rien” qui fait toute la différence entre un ton à plat et un ton nuancé, profond, pour nous aider à sortir les couleurs de la colorimétrie, leur prison dorée.

Cet article sera mis à jour régulièrement, quand de nouveaux exemples de palettes apporteront leur contribution à cette réflexion. Donc … “A suivre”.

Les images ont des liens vers les sites d’origine mais ne m’en voulez pas s’ils deviennent caduques (je ne peux pas les vérifier sans cesse mais vous pouvez me les signaler pour que j’efface les liens cassés).

_________________________________

San Paolo FlorenceAprès plus de 50 ans de fermeture, l’ancien hôpital San Paolo de Florence construit au XIIIème siècle accueille depuis cet été le Museo Novecento, consacré à l’art italien du XXème siècle présenté par une scénographie immersive réalisée par Avatar Architettura repensant le parcours muséal.

“Nicola Santini et Pier Paolo Taddei, ont su trouver un équilibre en ajoutant à la robustesse des murs anciens du musée une part de fraicheur qui a complètement modernisé l’édifice”.

“Nous sommes accueillis par trois dispositifs spatiaux surprenants : sortes de couloirs habillés d’un revêtement métal de forme parallélépipédique, semblables à des entonnoirs dont l’intérieur est revêtu de couleurs vives. Par ces tunnels colorés le visiteur s’engouffre dans le musée qui l’accueille pour le faire voyager dans le temps.”

“A l’intérieur de l’édifice, les longues salles ont été séquencées par des cimaises blanches qui semblent flotter au-dessus du sol et des socles noirs qui accueillent des sculptures. Le noir et le blanc ont été privilégiés pour la scénographie, mettant ainsi en valeur la richesse de la polychromie des œuvres présentées.”

“Ce musée, défini comme immersif par ses concepteurs, est le résultat d’un mariage réussi de l’architecture florentine de la renaissance et des dispositifs d’aménagement contemporains. Avatar Architettura est parvenu à renouveler la sensibilité du lieu en l’ancrant dans notre époque, lui redonnant ainsi une seconde vie.”

En résumé :

  • Un traitement des couleurs contemporain et une l’architecture patrimoniale qui se valorisent l’un l’autre.
  • Des couleurs franches et chaudes mises en valeur par les tons accueillants du patrimoine (bois et pierre) qui font office d’écrin.
  • Des couleurs vives cernées de gris et délimitées dans l’espace.
  • Dans la partie musée un jeu avec le blanc et le noir pour ne pas parasiter les oeuvres.

scandinave

Je ne résumerai pas cet article qui aborde la question du cycle des couleurs en Scandinavie, le passage par des périodes de blanc qui donnent envie de couleurs et réciproquement. Cette photo me semble un exemple rare de couleurs affirmées dans un ensemble qui reste calme. (cliquez sur la photo pour lire l’article)

Vienne Gaudi

La Hundertwasserhaus (« Maison de Hundertwasser ») est un immeuble situé dans le 3e arrondissement de Vienne, légèrement à l’écart du centre-ville. Il a été conçu par le peintre viennois Friedensreich Hundertwasser, disciple du célèbre Antonio Gaudi. La volonté de l’artiste était de manifester envers le caractère monotone des constructions urbaines.

L’originalité de Friedensreich Hundertwasser quant à cette œuvre, réside dans une imagination débordante et une palette de couleurs variées. Fait de briques, de céramiques, de matériaux naturels, l’édifice imposant que l’on pourrait qualifier d’écologique est orné sur sa façade de 250 arbres et arbustes.

En résumé :

  • Une palette de couleurs variées avec …
  • Les matériaux naturels apportent la cohérence de l’harmonie d’ensemble.
  • Un édifice “que l’on pourrait qualifier d’écologique”
  • Des façades qui intégrent la végétation.

 

PhiladelphieCet hôpital pour enfant de Philadelphie associe les couleurs primaires et les courbes, deux notions rassurantes. Le verre apporte un fond neutre ou froid qui fait ressortir les lignes colorées.

 

 

musee Rodin

C’est par contraste qu’ont été choisies les couleurs, pour mieux révéler les marbres, indique Philippe Szczuka, coloriste de longue date chez Farrow&Ball et qui a participé au choix des quatre principales couleurs retenues pour habiller tous les murs … en particulier le “Biron Gray” un brun chaud, spécialement créé pour l’hôtel Biron. « Le succès de Farrow&Ball s’explique par ses couleurs intemporelles, alors qu’elles sont contemporaines, elles épousent tous les styles précise Philippe Szczuka.

« Inutile de chercher “Biron Gray” dans le nuancier des 132 teintes de la maison. Cette exclusivité ne devrait pas être mise de sitôt sur le marché. Par contre, le Blue Grey, Joa’s White et Lime White, les trois autres teintes retenues pour repeindre de frais le musée, figurent au catalogue, tout comme le blanc doux crayeux, Slipper Satin, qui a rafraîchi des plafonds. Avant de repeindre les 5 000 mètres carrés du musée, il a fallu faire et refaire des essais grandeur nature … et obtenir au final un agrément essentiel … celui des Monuments historiques. Les secrets de l’effet profondeur : la pose d’une sous-couche colorée (4 couleurs de sous-couches au choix) suivie de deux couches de finition. Au musée Rodin, les huisseries et soubassements ont été peints en satiné tandis que les murs et plafonds ont été peints de mat. “

En résumé :

  • 6 couleurs pour ce projet
  • Un brun chaud, 2 gris colorés et 3 qualités de blanc.
  • Un effet de calme.
  • Le nuancier de “Farrow&Ball” composé de 132 teintes “intemporelles”. (les nuanciers de 2000 teintes ne font que cacher le manque de qualité des nuances derrière la quantité).
  • Un effet de profondeur (4 sous-couches colorées et 2 couches de finition). C’est ce que je nomme “l’aspect de finition” souvent plus important que la couleur.
  • Et dernière leçon : De nombreux essais “grandeur nature”.

Orques

Un jaune naturellement nuancé mis en valeur par le contraste de clarté avec le noir, sur le fond gris (à peine violacé) de l’eau.

  • Une seule couleur
  • Un contraste fort (jaune / noir)
  • Un contraste subtil (jaune chaud / gris à peine violacé de l’eau)

 

BMX

BMX inverse
L’inversion est composée des teintes qui superposées à l’image d’origine et fondues à 50% donnent un gris neutre. T=0%  S=0%  L = 50%

“Une palette de couleurs minimalistes sur fond noir … le réalisateur, Ben Scott … et toute l’équipe ont passé 18 mois à Glasgow afin de rendre ce projet possible.”

En résumé :

  • 2 couleurs
  • Un éclairage indirect qui  apporte nuances et dégradés aux tons unis.
  • Le fond noir et le sol gris bleu font ressortir les couleurs chaudes.
  • Sur l’inversion le sol, brun chaud, met en évidence la nuance froide du sol de la photo initiale.
  • Le noir accueille les tons chauds quand le blanc accentue l’effet de froid dans l’inversion.
  • 18 mois … le temps nécessaire à des effets maîtrisés (conception, installation, tournage).

ecole“La Nanyang Primary School de Singapour est un cas architectural unique au monde. De part ses arrondis, ses ponts, son design et ses couleurs vives, cette école réunit absolument tous les ingrédients pour plaire aux élèves d’un point de vue visuel.”

“Alliant l’utile à l’agréable, la palette de couleurs proposée a été façonnée ” pour donner plus envie d’étudier aux élèves“. Imaginé par les studios 505 et LT&T, le lieu est, comme le dit Fubiz, ” fait pour venir à l’école dans la joie et la bonne humeur“.”

L’intention est claire. Le résultat est il mesurable ?

__________________

Et pour finir … la couleur et ses mystères, un article de claire König sur futura sciences.mysteres de la couleur

Et n’oublier pas de me dire dans les commentaires …

… si ces exercices vous aident dans vos approches de la couleur.  Dans ce domaine le mental ne doit pas précéder, il peut soutenir une recherche mais on doit toujours laisser à l’approche sensible le dernier mot, avant et après l’analyse.

Chaux aérienne en pâte ou en poudre ?

Chaux aérienne en pâte
Chaux aérienne en pâte, dite “Chaux Grasse” ou “Grassello di calce” en Italien.

La chaux en pâte est bien meilleure que la chaux en poudre, mais pourquoi et dans quelles situations ?

Les travaux les plus fins, marmorino, stuc, fresque, cadrans solaires se font avec une chaux en pâte, une chaux “grasse”.

Pour les maîtres artisans qui maitrisent ces techniques, la chaux aérienne en poudre n’apportera jamais le confort de travail qu’apporte la chaux en pâte ni sa résistance finale.

La chaux aérienne en poudre est pour eux un produit sans rapport avec la pâte et effectivement je pense qu’on devrait parler de deux produits différents, même si  ces deux chaux éteintes sont des produits identiques du point de vue chimique … Ca (OH)2

En pratique au moins 5 caractéristiques de la chaux en pâte laissent loin derrière la chaux en poudre :

Le confort de travail qu’apporte la chaux en pâte est lié à sa plasticité, son “onctuosité”. Ce confort provient de sa structure en feuille (un peu comme des argiles) acquise au cours de son mûrissement en bac immergés. Cette phase de maturation, la chaux en poudre ne la connaîtra jamais.

– La résistance finale des mortiers à la chaux en pâte, à dosage égal, est évidente.

– La dureté de surface est sans comparaison. Des stucs à la chaux en pâte sont plus de vingt fois plus durs que les mêmes stucs réalisés à la chaux en poudre.

– La prise des mortiers est plus rapide avec une chaux en pâte, le mortier est plus vite hors de risque, en cas de pluie sur un enduit récent.

– La réaction pouzzolanique est majorée entre une charge pouzzolanique et une chaux en pâte.

.

La chaux aérienne en poudre a 2 avantages :

– Elle répond à l’habitude prise de travailler avec des liants en poudre.

– Elle est nettement moins chère.

En France la chaux en pâte est vendue principalement pour des travaux de décor intérieurs. Son prix varie de 1,60 à 2,5 €/Kg (et environ 1,7 € le Kg en Italie, pour une chaux grasse “vieillie”).

Un sac de chaux en poudre de 25 Kg coûte environ 16€ soit 0,7 € / Kg. Pour comparer le prix de la chaux en poudre ou en pâte il faut prendre en compte aussi la Masse Volumique Apparente.

En résumé 25 Kg de chaux aérienne en poudre de MVA 0,5 Kg/litre = 50 litres. Il faut 65 Kg de chaux grasse en pâte de MVA 1,3 Kg/litre pour avoir 50 litres de pâte.

En résumé pour 16€ on a 50 litres de poudre mais pour avoir 50 litres de pâte il faut environ 66 Kg ce qui coûte entre 100 et 160 € soit de 6 à 10 fois plus cher !

Si l’on prépare soi-même la chaux en pâte à partir d’une chaux vive (50 Kg de chaux vive pour 150 litres d’eau) on peut arriver à un prix au Kg de 0,10€/Kg sans compter le temps de travail et le stockage dans des bacs au moins 12 mois.

grassello
En Italie la chaux grasse est vendue en sacs plastiques étanches et sa maturation en bac peut être garantie de 12 à 48 mois par la “banca della calce.it”

En Italie la chaux en pâte est vendue en seaux ou en berlingots plastiques un peu moins chers, mais surtout les chaux en pâte Italiennes peuvent bénéficier d’un label beaucoup plus exigeant que la norme Européenne. On trouve des chaux en pâte garanties vieillies de 12 mois minimum à 48 mois … En Françe il n’y a pas l’équivalent de ce label.

Un article publié sur le “Forum Calce” nous aide à répondre à la question du début : “comment expliquer la qualité d’une chaux en pâte et comment la reconnaître ?”

Pour commencer, précisons que toutes les chaux en pâte ne se valent pas. La meilleure chaux en pâte est dite “chaux Grasse” et elle mérite ce nom seulement si une tonne de chaux vive permet de produire plus de 2,5 m3 de chaux en pâte.

Si une tonne de chaux vive permet de produire entre 1,5 m3 et 2,5 m3 de chaux en pâte, la chaux est dite “maigre”. Ce ratio met en évidence une première notion. Toutes les chaux vive ne se valent pas et les meilleures incorporent beaucoup plus d’eau que les plus maigres.

Une bonne chaux en pâte c’est donc tout à la fois une chaux “grasse” et une chaux vieillie 12 mois minimum. On comprend déjà pourquoi une chaux en poudre mouillée donne une pâte qui n’aura jamais les caractéristiques du vrai “Grassello di calce” (chaux grasse en Italien). Une chaux grasse se transforme pendant sa macération.

Les recherches montrent que des marbres comme ceux de Carrare fournissent une chaux très maigre. Une tonne d’oxyde de calcium ne produit que 1,3 m3 de chaux éteinte.

Le faible rendement est lié à la structure saccharoïde particulière du marbre, dont la cuisson produit une chaux caractérisée par de grands cristaux d’oxyde de chaux qui s’hydratent très lentement.(extrait d’un article du Forum calce)

Norme à vérifier pour “le choix d’une bonne chaux en pâte” :

Dans la “News” d’avril 2009 du Forum Calce, Gianluca Pesce nous donne des repères pour lire les étiquettes et identifier les chaux en pâte conformes à la norme Européenne. Ca permet déjà de repérer les chaux les plus pures et d’exclure les produits que l’on ne peut pas identifier par la norme. Si un pro vous dit que ce produit non étiqueté est bon, prenez le, sinon évitez le.

Dans tous les cas, on doit trouver sur l’étiquette la norme Européenne “EN 459-1”

Une chaux aérienne produite à partir d’une chaux vive calcique est notée CL (abrégé de Calcic Lime en Anglais). Elle est composée d’oxydes et d’hydroxydes de calcium.

Une chauxaérienne produite à partir d’une chaux vive Dolomitique est notée DL (Dolomitic Lime). Elle est composé d’oxydes et hydroxydes de Magnésium.

Après l’abrégé CL ou DL est indiqué le % total de chaux présente dans le produit. Il peut varier de CL 70% à CL 90% et de DL 80 à DL 85 pour les chaux magnésiennes.

Dans tous les cas une chaux calcique doit avoir moins de 5% de magnésium.

La différence entre une chaux CL 70 et CL90 et due à la présence d’impuretés comme des carbonates qui peuvent se former par réaction de la chaux avec l’air (donc de la chaux morte revenue à l’état de pierre, de charge inerte, non liante).

Une bonne chaux aérienne de restauration est donc une chaux calcique CL 90, ou une chaux magnésienne DL 85, mais pour les chaux grasses (en pâte) l’étiquette doit toujours porter en plus le sigle S PL.

S PL pour les chaux grasses calciques en pâte

S ou S1 pour des chaux calciques en Poudre

S2 pour des chaux grasses Magnésiennes

En résumé 2 sigles sont conseillés comme premiers critères de choix d’une bonne chaux aérienne : 
EN 459‐1   CL 90 S1  (pour les chaux aériennes calciques)
EN 459‐1   DL 85 S2 (pour les chaux aériennes dolomitiques)

et derrière le S il y a “PL” pour les chaux grasses en pâte.

.

Oui mais … comment identifier une bonne chaux en pâte ?

La norme n’est qu’une garantie minimum. Elle permet d’exclure des produits de moindre qualité mais elle ne nous dit pas pourquoi une chaux en pâte est meilleure qu’une autre ni comment l’identifier.

La question de la qualité de la chaux grasse en pâte, est abordée dans le livre d’Andrea Rattazzi “Conosci il grassello di calce ?” (Connaissez vous la chaux grasse ?). J’ai essayé d’extraire de ce livre technique de 200 pages quelques notions relatives à la qualité d’une “chaux grasse”.

Conditions pour produire une bonne chaux grasse en pâte, en 3 étapes :

CUISSON et choix de la pierre : La cuisson douce (<1000°) d’un calcaires micro cristallin et poreux donnera une chaux grasse. La chaux vive qui en résulte est composée de particules très fines aux pores nombreuses mais petites. Le marbre, macro cristallin, donne à l’inverse une chaux très maigre.

EXTINCTION – La cuisson douce induit une réactivité à l’extinction plus élevée. L’extinction doit être maîtrisée et la chaux vive ni noyée ni brûlée.  On veillera à ce que la température pendant l’extinction se situe entre 80 et 95°. Il est préférable d’éteindre la chaux vive peu après sa sortie du four. Le rapport eau / chaux vive en poids est de 3,5/1 Kg pour les chaux les plus grasses. L’école de Léon en Espagne conseille un rapport de 3,6 litres d’eau pour 1 Kg de chaux vive.

MATURATION – Pendant la maturation en bac, les cristaux d’hydroxyde de calcium subissent des changements de morphologie et de dimensions qui augmentent la plasticité, la maniabilité et la rétention d’eau de la chaux grasse. Dans un 1er temps les grumeaux se re-divisent en parties plus petites. Dans un 2eme temps les particules s’organisent sous l’effet d’une polarisation par des ions, en lamelles rangées un peu comme des feuillets d’argile. C’est cette structure qui explique les caractéristiques d’une chaux grasse de qualité, bien macérée, sa plasticité et sa capacité à retenir l’eau entre les feuillets.

Comment reconnaître une bonne chaux grasse en pâte ?

– Vitruve déjà donnait ce conseil : Trempez un outil en fer dans la chaux en pâte. Si le fer ressort propre c’est que la chaux est maigre et “sèche”. Si le fer ressort enrobé de pâte agglutinée autour du fer c’est que la chaux est grasse, qu’elle a macérée assez longtemps  et qu’elle a été bien préparée à toutes les étapes de sa fabrication (choix des pierres, cuisson, extinction, macération).

– La garantie apportée par la “banca della calce” nous donne une idée des critères scientifiques pris en compte pour apprécier la qualité d’une chaux en pâte.

Tout commence par le suivi de la fabrication et le suivi régulier des bacs de maturation de la chaux. En complément, des analyses sont faites avant le conditionnement des lots de chaux pour la vente. Ces analyses portent sur 5 critères :

  • L’indice de blancheur
  • La surface spécifique (indice de finesse de la chaux en pâte)
  • La morphologie cristalline
  • La viscosité dynamique
  • La teneur en matières solides (l’extrait sec et du coup le % d’eau contenu dans 1 Kg de pâte. Dans l’exemple ci-dessous 47% d’extrait sec => 53% d’eau dans cette chaux grasse en pâte). La MVA n’est pas donnée mais elle est souvent entre 1,3 et 1,4 Kg / litre.
certificat 24 mois
exemple de valeurs mesurées sur un lot certifié par la “banca de la calca” pour un lot vieilli 24 mois.
certificat 48 mois
Exemple de valeurs mesurées sur un lot certifié par la “banca de la calca” pour un lot vieilli 48 mois.

– Le temps de vieillissement (de 12 à 48 mois) est également mentionné sur les étiquettes.

Je n’ai pas trouvé les fourchettes des valeurs considérées comme bonnes pour ces 5 critères.

Je compléterai cet article si je trouve des informations complémentaires.

– Les 2 exemples de mesures ci-contre à 24 et 48 mois ne peuvent pas être comparés car ils concernent 2 chaux différentes. Par contre le BET de 14 m2/g à 24 mois et de 8,9 m2/g à 48 mois semble montrer que 24 mois de plus ne compensent pas la finesse moindre de la chaux au départ.

Le % d’extrait sec est le même (47%) donc l’eau représente 53% du poids de ces 2 chaux grasses en pâte. Si nous avions la MVA de ces pâtes nous pourrions en déduire le poids de chaux sèche. Pour une chaux en pâte avec une MVA de 1,35 Kg/litre, l’eau représenterait 715  g et la chaux 634 g. En théorie ce calcul permettrait de convertir un dosage connu avec une chaux en poudre qui fait 500 g /litre.

Par exemple un dosage en finition habituellement réalisé avec 3 seaux de chaux en poudre (30 litres = 15 Kg) pour 9 seaux de sable pourrait être remplacé par 24 litres de chaux en pâte qui apportent autant de chaux que 30 litres de poudre … donc 20% de chaux en moins, en volume.

Cette approche théorique n’est qu’une base de travail à valider pour chaque technique.

Ce qui compte c’est la pratique, c’est l’appréciation de l’artisan qui sait voir si le dosage est correct ou s’il faut majorer ou minorer les quantités de liant quand il passe de la chaux en poudre à la chaux en pâte. A volume égal on sait que la chaux grasse en pâte a une capacité liante plus forte que la chaux en poudre. Il semble donc logique de minorer les volumes de chaux connus en poudre quand on passe à la pâte.

En France il y a quelques chaux en pâte plus ou moins connues :
  • La chaux en pâte d’Augmontel

C’est la plus ancienne que je connaisse et j’ai eu plusieurs avis très positifs sur cette chaux en pâte de la part d’artisans qui maîtrisent les applications à la chaux en pâte.

  • La chaux en pâte “Pozzo Nuovo”

Plus récente, elle est  probablement bonne mais je n’ai pas encore de retours d’artisans sur sa qualité.

Si vous en connaissez d’autres, merci de me les signaler, je peux les ajouter à la liste.

Toujours vérifier que ce soient de vraies “chaux grasses”, des pâte issues de chaux vive. Comme vous l’avez compris, les chaux présentées “en pâte” mais formulées à partir de chaux aérienne en poudre mouillée sont à exclure.

_______________________

La plus part des notions de cet article sont extraites de 3 sources :

– Le livre d’Andrea Rattazzi “Conosci il grassello di calce ?” (Vous connaissez la chaux grasse ?”)

– Des articles de la “banca della calce” : Riconoscere il grassello di qualità.pdf” (Reconnaître une chaux grasse de qualité”) Cet article au titre alléchant a l’inconvénient de NE PAS donner de critères techniques. Il les promet dans un futur article introuvable.

– Des articles du Forum Calce. cette association fait un travail de fond sur la chaux grasse et propose des formations aux techniques à base de chaux grasse en pâte.

Je les remercie pour les infos mises en ligne.

_______________________

Si vous avez des questions ou des témoignages sur votre pratique de la chaux en pâte,
n’hésitez pas à me les communiquer. Un article à partir de pratiques de chantiers serait souhaitable, 
pour passer de la théorie à la pratique.

Des enduits fins, très fins.


enduit finAutant le dire tout de suite, il n’y a pas de définition claire de l’expression “Enduit fin”
. Certains désignent par “enduit fin” un enduit qui fait entre 5 et 8 mm d’épaisseur, mais dans ce cas c’est tout simplement un enduit de finition.

Ma définition de l’enduit fin est différente : 

Je désigne par enduit fin un enduit dont l’épaisseur se règle sur l’épaisseur du grain de sable. La charge (le sable) peut-être du marbre concassé ou du sable à sabler double zéro ou triple zéro dont les grains sont inférieurs à 0,25 mm.

Ces enduits fins ont deux utilisations possibles :

– On peut les utiliser en sous couche d’un stuc pour limiter le nombre de couches de stucs, plus difficile à appliquer. Il m’est arrivé de faire mon stuc en une seule passe sur une enduit fin, mais plus souvent en 2 ou 3 passes.

sable mer fin alumette
Ce sable fin de mer peut être utilisé en enduit fin. Il vous donne une idée de la grosseur des grains (l’allumette fait 2mm d’épaisseur). Les grains de sable sont inférieurs à 1/10 eme de mm. Les coquillages brisés font environ 1/2 mm.

– On peut les utiliser comme couche d’enduit décorative, à l’intérieur, si on recherche un aspect plus fin qu’un enduit taloché. On peut délors tirer profit de la multitude de sables fins disponibles pour le sablage ou le gommage des façades. Ces sables, que l’on nomme fines ou archi fines, vont du blanc au noir avec toute une gamme de tons terre de sienne. Les matériaux pour le gommage varient aussi en nature, du marbre à la coquille de noix broyée. Allez voir les sables à sabler ou à gommer disponibles chez les marchands de matériaux et ça vous donnera des idées de décorations possibles.

 

dolomies Larzac
Regardez aussi autour de vous, dans votre région il y a peut-être dans la nature des sables fins, comme ces dolomies sur le Larzac, dont vous pouvez prélever 1 seau sans dommages.

 

Comment formuler un enduit fin ?

On le formule comme un stuc satiné.

On remplace seulement la farine de marbre par la charge choisie,  sable fin, fine, ou archi fine, ou sable de mer fin, dolomie … selon votre région.

Stuc satiné

Comment appliquer un enduit fin :

platoirLa particularité de l’enduit fin que je vous propose est de s’appliquer comme un stuc, mais plus facilement.

On utilise donc un platoir inox.

Le principe, comme pour le stuc, est de prendre une noix de pâte, de la poser sur le mur et de racler comme si on voulait tout enlever.

On incline le platoir pour racler le support et laisser une couche de l’épaisseur du grain.

Si on tient le platoir trop parallèle au mur on ne peut pas maîtriser l’épaisseur et on laisse 1 ou 2 mm de pâte. Au séchage cette pâte va fissurer si la couche est trop épaisse.

Dernier avantage de cet enduit fin, il vous habitue à poser une pâte comme on le ferait pour un stuc … poser – enlever / poser – enlever etc …

Vous pouvez le laisser tel quel pour profiter de la couleur des sables fins colorés, vous pouvez évidemment le teinter en masse avec un pigment.

Vous pouvez appliquer dessus un stuc. Il va très bien s’accrocher sur ces grains minuscules et une ou 2 couches seront parfois suffisantes.

Au travail … et dites moi ce qui a marché, ce qui a été plus difficile
ou facile que prévu. Faites remonter vos observations de chantier
pour que ceux qui arriveront ici après vous puissent en profiter.
Merci pour eux

 

Comment capter la lumière ?

soleil à travers les persiennesApprécier les qualités multiples du bâti ancien, son caractère, ses volumes non standards, son élégance, ne nous oblige pas à apprécier certains défauts comme l’humidité ou le manque de lumière.
Le cinéma ou des souvenirs d’enfance nous font apprécier l’ombre de certaines pièces quand il fait chaud, mais la lumière tamisée par les persiennes est une ombre choisie, maîtrisée.

Avant de nous en cacher, laissons entrer le soleil !

Dans cet article nous abordons un problème ressenti par de nombreux propriétaires de maisons anciennes : Comment avoir plus de lumière sans défigurer le volume de ma maison ? A cette question il existe quelques réponses qui ont fait leur preuve et que nous allons détailler.

Autant de moyens d’échapper à l’alternative entre la terrasse qui casse le bâti et rien.

  • L’oriel ou “bow-window”
  • Le patio suspendu
  • L’impluvium
  • La loggia
  • Le studiolo
  • L’altana

L’oriel, ou “bow-window”

ORIEL St jean de Luz
Un Oriel ou bow-window en cours de pose à San Sébastien. De la profondeur du balcon jusqu’à 1m de haut, l’oriel s’élargit au dessus sur la largeur d’une tablette de 25 cm.

C’est une solution élégante, une sorte de dedans-dehors lumineux, qui peut s’ouvrir ou se fermer entièrement. Exposé au sud l’oriel apportera de la chaleur l’hiver mais il faudra se protéger du soleil l’été pour éviter la surchauffe.

C’est la version minimaliste de la serre d’hiver, autrefois accolée à la maison.

On en trouve de très nombreux exemples sur la côte Basque, en France et en Espagne.

Si vous avez un balcon il est peut-être possible de créer un oriel. Derrière l’oriel vous pourrez agrandir la baie jusqu’à doubler sa largeur (demandez au maçon le prix d’un “sous-oeuvre de … 2m de large).

Si la baie actuelle n’a pas trop de caractère vous aurez probablement un accord sur le Permis de Construire que vous allez poser. Si vous êtes dans un périmètre protégé, pour mettre toutes les chances de votre côté, joignez des exemples de “bow-window” photographiés dans votre région. Faites dessiner l’Oriel à un architecte ou à un menuisier. Joignez son devis à votre PC. Ce n’est pas obligatoire mais ça illustre le sérieux de votre démarche. Prenez conseil auprès du CAUE de votre département, il pourra vous aider à affiner votre projet (montrez leur cette photo).

Les patios “suspendus”, intégrés au volume de la toiture.

Terrasse vue profil
Traitez avec soin le raccord de la terrasse avec les rives de la toiture.

Dans les centres anciens protégés les terrasses visibles sont souvent interdites, mais les terrasses discrètes parfois possibles. Vous aurez toujours un espace ouvert sur le ciel mais bordé de murs, un patio “suspendu” … comme les jardins !

Quelques règles simples vous aideront à présenter un projet respectueux du volume de votre maison.

.

.

 

..

Le principe est simple : Conservez toutes les rives dans leur aspect actuel.

terrasse zinc
Un beau travail de zingueur.
  • Côté rue gardez le débord de toiture initial.
  • Si besoin démontez le bord de toit existant, surélevez les murs périphériques et reconstituez le débord de toit initial plus haut (génoise, corniche ou débord sur chevrons).
  • Côté rue la couverture (tuiles ou tout autre matériau de couverture) se prolongera aussi sur le mur “gouttereau” pour le protéger.
  • Gardez le profil des murs pignons avec leur pente. Conservez les tuiles de rives et quelques rangées de tuile pour éviter les infiltrations par le haut des murs pignon. Gardez au moins 0,60m de tuile tout autour de votre patio, et si possible 1 m.
  • Limitez la surface de la terrasse. Mieux vaut 9 m2 que rien.
  • Si possible centrez le patio par rapport à l’ensemble du pan de toiture.
  • Pour le traitement de l’étanchéité des terrasses, voir les conseils à la fin de l’article.
terrasse
La Terrasse “Patio” est entourée de murs hauts. La faible pente du toit la rend peu ou pas perceptible depuis la rue. Les murs protègent de la vue et du bruit si on est en ville. A gauche, côté rue, une génoise a été reconstituée pour que le mur de façade surélevé ne laisse pas deviner la terrasse. A droite une baie vitrée capte le soleil sans défigurer la façade.

 

L’impluvium ou puits de jour

puits de jour
Celui-ci est grandiose mais un puits de jour même modeste apportera toujours de la lumière.

Si les terrasses ne sont pas autorisées ou si vous n’avez pas la place pour une vraie terrasse, le puits de jour est peut-être la solution. Il peut éclairer seulement le dernier étage ou plusieurs étages.

Supposons que vous ayez la place de découvrir la toiture sur une surface de 2m sur 2m soit 4m2.

Première précaution, positionner cette prise de jour au centre de la toiture, d’un seul côté du faîtage. Vous pouvez disposer des baies tout le tour pour éclairer une ou plusieurs pièces, par exemple 2 côtés sur le séjour cuisine, un côté sur une chambre et un côté avec un mur plein.

puits de jour Arles
Puits de jour “impluvium” à Arles … là j’avoue que j’ai vu un peu grand… Vous allez devoir transposer.

.

.

Les loggias

Loggia
Le principe de la loggia est finalement simple. Deux poteaux en pierre ou en fonte portent une poutre qui soutient l’avant toit.

C’est une solution qui n’existe pas dans toutes les villes mais qui s’adapte à presque tous les bâtis anciens.

La loggia peut apporter un certain “style”, une certaine grâce à du bâti simple ou même prestigieux.

Cet espace ouvert mais couvert permet de garder le débord de toiture dans sa position d’origine.

La loggia est normalement ouverte.  Des fenêtres assurent parfois la fermeture de la loggia. Le garde corps sera assuré par le mur de façade qui monte à 1m du sol intérieur. Evitez les gardes corps métalliques qui protègent moins du vent et du bruit de la rue. Posez une petite dalle de pierre ou des dalles de marbre sur le mur, pour le protéger des infiltrations et le tour est joué.

.

Le studiolo

studiolo Italie
En Italie du Nord comme en Toscane un studiolo, pièce unique, surplombe parfois le paysage.

Nous sommes en Italie. Au milieu de ses terre le volume imposant d’une maison de maître avec son toit à 2 ou 4 pentes et au milieu de la toiture, minuscule, une petite pièce en surcroît, le “studiolo”.

Ce petit cabinet de méditation et de travail, serait apparu dans l’Italie de la Renaissance.

Ouvert sur 2 côtés il fait du paysage un spectacle. Espace paradoxal, à l’écart des bruits de la maison, isolé mais ouvert sur le monde.

Un monde tenu à distance pour laisser les pensées suivre leur cours.

.

studiolo mer
Mon interprétation du studiolo.

.

Cette solution ne sera peut-être pas facile à défendre mais si vous regardez sur la mer des toits vous apercevrez parfois des pièces isolées qui émergent.

Prenez les en photo et joignez cette preuve à votre dossier. Après tout, vous ne souhaitez que reproduire une de ces fantaisie du bâti ancien, une de ces forme qu’aucun règlement ne prévoyait ni n’interdisait et qui donne tout son charme aux centres anciens.

 

.

L’altana

Altana VeniseL’Italie encore nous apporte une de ces solutions imprévues qui font rêver.

Vous voici rendu à Venise. Levez la tête, regardez au dessus des toits et vous verrez parfois une drôle de terrasse en bois, légère, appuyée sur 2 poteaux à l’aplomb du mur de façade, comme en lévitation sur la toiture.

Cette terrasse curieuse, pour le moins visible, ostentatoire, goguenarde, est impossible au regard de nos règlements.

L’Altana ne défigure pas Venise la belle mais serait un outrage pour nos centres villes anciens. Nos moeurs n’y sont pas habituées ? Et bien il est temps de s’y mettre. Les mauvaises idées ne demandent pas la permission, invitons les bonnes.

.

Renversez les clichés

Oubliez le séjour au 1er étage et les chambres sous toiture. Aménagez le séjour cuisine sous la toiture et les chambres en dessous avec la salle de bain. Vous y gagnez sur tous les plans.

  • Un séjour cuisine ouverts sur une terrasse par une grande baie vitrée en recul qui ne défigure pas le volume de votre maison ancienne.
  • Un volume sous toiture rampant qui agrandit la pièce à vivre.

Le dernier conseil que je puisse donner vous concerne si vous venez d’acheter votre maison et réfléchissez à la meilleure distribution possible.

.

Comment profiter au mieux d’une terrasse ?

Evidemment si vous avez un espace extérieur, courette ou petit jardin, il sera probablement intéressant d’ouvrir le séjour sur cet espace extérieur pour en profiter quand le climat le permet. Dans ce cas on peut considérez que cet espace extérieur est un prolongement du coin repas et du volume intérieur, alors si possible appliquez ces 3 conseils :

1 – Faites poser une baie à galandage (qui disparaît dans une contre-cloison). Elle libère 100% du passage. Si ce n’est pas possible faites poser une baie composée de 3 coulissants. Elle dégagera 2/3 du passage soit 66% alors qu’une baie ordinaire composée de 2 coulissants ne dégage que 50% du passage.

2 – Faites encastrer le rail de la baie coulissante pour qu’il ne soit pas en relief par rapport au sol intérieur.

3 – Posez un caillebotis bois sur la terrasse extérieure. Ce caillebotis calé à la hauteur du sol intérieur escamote le dénivelé entre le sol extérieur plus bas et le sol intérieur. Les caillebotis ont 3 avantages par rapport aux sols en carrelage :

  • Ils ne chauffent pas au soleil, l’été.
  • Ils laissent les poussières passer dessous (on ne ramène pas de terre collé sous les semelles à l’intérieur)
  • Le caillebotis est en général plus esthétique qu’un carrelage.
  • On peut éviter la pose d’un carrelage et avoir accès à l’étanchéité pour la réparer sans casser le carrelage, si la terrasse est en hauteur, sur une dalle.

 

.

Cet article sort un peu de mes rails techniques habituels, mais vous avez compris que le bâti ancien c’est avant tout de beaux espaces qui nous captivent.

Ils ont beaucoup à nous apprendre si nous leur prêtons attention. 

Si vous avez vu d’autres moyens d’éclairer le bâti ancien sans le dénaturer, envoyez moi une photo, je l’ajouterai à cet article.

Merci

.

Panorama des techniques à la chaux

Les joints de terre crue sont fréquents.
Les joints de terre crue sont fréquents.

Pour savoir quelles techniques à la chaux sont adaptées à la mise en valeur de votre bâti “ancien”, il faut connaître le type de mur à entretenir et les techniques régionales de référence.

A part les pans de bois et les régions de briques crues ou cuites, le bâti ancien est composé majoritairement de murs en pierres.

(dans ce blog “bâti ancien” = construit sans ciment = souvent plus de 100 ans = murs respirants)

Note : Je re-publie cet article pour effacer un bug qui n’affichait pas correctement le résumé de l’article (désolé pour le dérangement).

Continue reading “Panorama des techniques à la chaux”

Stucs en stock

stuc mobile

Le stuc c’est la star. Avec lui on copie l’aspect lisse et brillant du marbre.

A l’origine c’est le Marmorino composé de 1 volume de chaux en pâte et 1 volume de marbre concassé, sans adjuvant. Le stuc que je vous propose de réaliser sera adjuvanté mais avec des produits sains (non dérivés du pétrole).

Avec cette formule vous maîtrisez la fabrication d’un stuc pour un prix dérisoire. Vous le teintez comme vous voulez et vous avez un produit sain qui ne pollue pas l’air de votre maison.

La formule de base est simple :

1 seau de CHAUX AÉRIENNE de préférence en pâte, sinon une CL 90 en poudre (10 litres de pâte ou 5 Kg de poudre)

0,5 seau de MARBRE dit “impalpable” quand la farine de marbre n’a pas de grain. Si elle est insensible entre les doigts, elle ne rayera pas le stuc. (5 litres de marbre = 5 Kg)

0,5 seau de TALC ( 5 litres de Talc)

1 Kg de Prédose ST.  Ce sont des adjuvants sains mélangés à du marbre en poudre pour éviter les grumeaux. La prédose contient du Savon (pour faciliter la dispersion des pigments), de la caséine lactique (pour fixer) et du méthyl cellulose (rétenteur d’eau).

On mélange ces 4 produits à sec avant d’ajouter 1 seau d’eau (10 Litres).

Mélanger dans l’ordre : Surtout NE PAS verser les adjuvants dans l’eau, sinon le méthyl cellulose va faire des grumeaux. Bien mélanger les adjuvants (la prédose ST) avec le marbre et le talc AVANT d’ajouter la chaux, puis l’eau en dernier.

Si possible on fait “murir” les pigments la veille dans l’eau avec un peu de savon, pour avoir une teinte homogène (sinon on risque d’avoir des “fusées” sur le mur, si on utilise des oxydes).

 

LA PRÉDOSE “ST” regroupe 3 adjuvants et elle vous donne accès à trois techniques :

– LES STUCS décrits ici.

– LA COLATURE peinture minérale équivalente au BADIGEONS DE CHAUX (décrits dans cette fiche)

– LES ENDUITS FINS (décrits dans cette fiche)

1- AVEC LA PRÉDOSE ST vous pouvez formuler PLUS que le stuc :

La prédose apporte une solution intermédiaire entre le “tout faire” idéal de l’artisan maître en son métier et le “rien faire” des produits prêts à l’emploi.

– Elle laisse l’applicateur approvisionner les produits de base (chaux, sable à sabler, farine de marbre et talc) à leur prix normal.

– Elle apporte une formulation fiable dont l’applicateur garde la maîtrise en variant les produits de base, la quantité d’eau et le choix des pigments.

– Elle propose une adjuventation et des dosages fruits de l’expérience.

– Elle évite l’approvisionnement des adjuvants, produits souvent difficiles à trouver, et délicats à peser.

Vous trouverez la Prédose “ST” chez différents marchands de matériaux.

Si vous ne trouvez pas la prédose vous pouvez adjuvanter vous-mêmes avec 3 produits :

  • Du savon (à mélanger à l’eau s’il est liquide ou à sec s’il est en poudre)
  • De la caséine lactique (on en trouve dans les coopératives agricoles pour la viticulture)
  • Du méthyl cellulose (colle à papier peint)

Dosage des adjuvants (pour 10 litres de chaux aérienne et 10 litres de charge)

  • 25g de savon
  • 50g de caséine lactique
  • 100g de méthyl cellulose

ATTENTION : mélanger les adjuvants liquide dans l’eau et les adjuvants secs avec la chaux et les charges sèches (talc, sable ou marbre en poudre) avant d’ajouter l’eau.

Mais revenons à notre STUC

platoirLe stuc s’applique en couches de très faible épaisseur. Ils se composent de chaux aérienne et de granulats “impalpables”, farine de marbre et talc. On pose le stuc sur le mur avec un petit platoir inox aux angles arrondis.

Le support doit être irréprochable. Le stuc ne rattrapera pas les imperfections du support.

Une petite astuce qui facilite l’application du stuc : Pour absorber le grain d’un enduit taloché on peut appliquer au préalable une ou deux couches d’enduit fin (voir fiche conseil “Les enduits fins“).

Le stuc s’applique en deux couches ou plus, teintées en masse par des pigments.

2 – STUC BRILLANT OU SATINÉ ?

Le stuc peut être plus ou moins brillant selon sa composition et le soin apporté à son ferrage. Deux formules vous sont proposées, selon l’aspect recherché :

LE STUC SATINÉ c’est la formule à 1 agrégat (farine de marbre sans talc). On le choisira si l’on souhaite une façade lisse mais sans l’aspect brillant du stuc.

STUC SATINÉ : Formule à 1 agrégat.

Stuc satiné

La consommation moyenne est de 0,25 litre par m2 par couche mais TESTEZ toujours pour savoir combien il faut sur votre support.

 

LE STUC BRILLANT c’est le vrai stuc. Il se formule avec 2 agrégats, la farine de marbre et le talc qui facilite le ferrage et donne l’aspect brillant caractéristique des stucs.

STUC BRILLANT : Formule à 2 agrégats

formule stuc

On obtient environ 21 litres de stucs.

3 – APPROVISIONNER LES PRODUITS DE BASE

Pour les essais les produits suivants sont suffisants pour la formule à base de farine de marbre sans talc. (stuc d’aspect satiné )

– Une chaux naturelle aérienne calcique (norme “CL 90”)

(avec la chaux en pâte le stuc sera plus dur)

– Un seau ou un sac de farine de marbre “impalpable”

(impalpable = on ne sent aucun grain entre les doigts)

– Une prédose “ST” de 1 Kg.

Si vous souhaitez tester la formule 2 qui contient du talc pour réaliser un stuc brillant , vous devrez vous procurer en plus 1 seau de 10 litres de talc.

(le talc est toujours plus difficile à trouver)

TOUJOURS FAIRE DES ESSAIS

Les essais permettent de rechercher la teinte, de s’habituer à l’application avec un platoir inox et d’évaluer combien de m2 on réalise avec 1 litre de stuc.

QUELLE CHAUX POUR UN STUC ?

Une chaux aérienne calcique (norme CL90) est conseillée dans tous les cas et impérativement, sur les supports à base de plâtre. Par leur finesse les chaux aériennes facilitent également le ferrage du stuc. La chaux en pâte améliore toujours la qualité finale du stuc, surtout sa dureté en surface, plus de 20 fois supérieure à la chaux en poudre.

Sur les supports hydrauliques, enduits ciment et enduits bâtards on appliquera, avant le stuc à la chaux aérienne, un enduit fin à base de chaux hydraulique naturelle de norme NHL 3,5. N’utilisez pas la chaux hydraulique NHL 5 pour les enduits fins. Elle est trop forte, trop proche du ciment.

OUTILS POUR LES ESSAIS :

Un platoir aux angles arrondis / des mesures de 1 litre et de 0,5 litre / un seau / Un agitateur monté sur une perceuse / Une balance de cuisine (ou une balance de précision pour chercher la teinte avec de petites quantité de stuc) / Les pigments à tester.

OUTILS POUR LE CHANTIER :

Le platoir / un seau de 10 litres et un de 5 litres pour doser le talc et le marbre / une grande poubelle / Un agitateur monté sur une perceuse / Une bascule de cuisine / Les pigments choisis.

4 – RECHERCHE DE TEINTE en petite quantité

Le dosage conseillé pour la recherche de teinte est égal à 1/10° du dosage normal. Vous devrez donc diviser la prédose “ST” de 1 KG en 10 doses de 100 g.

Exemple pour le stuc brillant :

Formule à 2 agrégats

 STUC ESSAIS

Doses réduites pour la recherche de teintes (on divise tout par 10) :

stuc dosages essais

Notez la quantité de pigment ajoutée dans vos doses de test.

Quand vous avez trouvé la bonne couleur, multipliez les doses par 10 et vous avez les quantités à préparer pour votre chantier.

LE GESTE POUR APPLIQUER LE STUC

Vous voilà au pied du mur. Le support est propre et régulier.

Si le support n’est pas assez régulier passez une couche d’enduit fin (voir fiche Enduit fin) c’est un bon entrainement avant d’appliquer votre premier stuc.

N’oubliez pas que le stuc n’a pas d’épaisseur. On ne cherche jamais à en poser 1mm d’épaisseur. Si vous en posez trop épais il risque de se fissurer.

L’ASTUCE pour ne pas poser la pâte à stuc en épaisseur : Prenez une noix de pâte à stuc sur l’angle de votre platoir inox. Posez cette noix et immédiatement reprenez la noix sur votre platoir comme si vous ne vouliez pas en laisser (on ferre, on serre, on ne tient pas le platoir trop parallèle à la surface sinon il va laisser une épaisseur de pâte)

En résumé, poser – enlever / poser – enlever / poser – enlever  … etc (voir la vidéo)

 

Le repère pour savoir si vous appliquez bien :

Regardez SOUS le platoir, la pâte à stuc doit-être sur un seul côté du platoir.

Vous savez tout ou presque pour commencer à formuler et appliquer un stuc.

 

N’oubliez pas de me dire dans les commentaires …

– ce qui a été utile POUR VOUS dans cette fiche

– ce qui a été difficile

– et quelles précisions vous manquent.

Merci pour vos remarques. Elles m’aident à compléter les fiches conseil et elles aident ceux qui arriveront ici après vous. 

La technique qui vous manque

Façades la nuit à Gan en Belgique
Eclairez ma lanterne

 

Ceci n’est pas un article, comme dirait Magritte.

C’est une question simple …

Quel problème souhaitez vous résoudre,

Quelles informations souhaitez vous trouver ici ?

Evidemment dans le domaine des techniques adaptées au bâti ancien, aux façades et à l’éco-construction.

 

Laissez un commentaire dans > cette enquête <
à tout moment vous pourrez avoir accès aux réponses des autres.
ça m’aidera à répondre aux questions que VOUS vous posez.
Merci